#30sec avant d’y croire

Comment ? Il suffit de prendre quelques secondes avant d’aimer, partager et commenter une nouvelle.

  • 30 sec pour lire
  • Vérifier la Source
  • Réveiller son Esprit critique
  • Comprendre le but du message

#30sec pour lire ou visionner

Pendre quelques secondes pour cliquer, lire, visionner la vidéo au complet. Parfois en lisant seulement le titre, ça peut sembler vrai. En cliquant, ça nous permet de :

  • Bien comprendre ce dont il s’agit
  • Revenir de nos émotions
  • Réfléchir à ce que je viens de lire

Un exemple : « Les Hells Angels manifestent contre la légalisation du cannabis ». Si je vois cette information sur les réseaux sociaux, je ne partage pas avant de cliquer. En cliquant : je tombe sur le site du Journal de Mourréal je vois tout de suite qu’il s’agit d’un site satirique. D’ailleurs, leur avertissement mentionne que ce contenu ne s’adresse pas à « des gens plutôt pressés ». On est d’accord !

#30sec pour vérifier la source

De quel type de site internet s’agit-il ? Est-ce un média connu ou inconnu ? Sérieux ou non ? Ex. Journal de Mourréal: c’est un site satirique. Un truc : S’agit-il d’un média que je consulterais pour une recherche à l’école ? Non ? Je ne partage pas !

Attention aux pages personnelles

Par exemple, cette publication Facebook qui dit qu’un esturgeon de 2 mètres nage dans les rues inondées de Gatineau. Elle a été partagée des centaines de fois. L’information est fausse. L’internaute a repris une photo de l’esturgeon nageant dans les eaux de la rivière Fraser, en Colombie-Britannique, en octobre 2016.

 

Attention aux articles non signés et non datés

L’article est-il signé ? Qui est l’auteur ? Un journaliste, un expert, un spécialiste ? Cet article est-il daté ? Si l’article n’est ni signé ni daté, ce sont de bons indices qui vous permettent de penser que cet article est une fausse nouvelle.

Attention à la barre d’information

Dans cet exemple, on voit que la barre en haut de la page indique seulement « accueil » et « insolite », ce n’est pas un bon signe. Normalement, il devrait y avoir des informations : « à propos », le nom du journal et des onglets divers.

Parfois, les fausses nouvelles sont très élaborées

Par exemple, cet article : « Sidney Crosby affronte les questions au moment où l’enquête débute ». Il s’agit d’un article qui provient supposément du réseau d’information ESPN. Selon l’article, la Ligue nationale de hockey (LNH) enquête sur le jeune hockeyeur parce qu’il utilise un supplément nutritionnel qui lui conférerait un avantage indu. La LNH serait d’ailleurs sur le point de bannir le supplément en question, toujours selon cet article. Il y a cependant un petit problème avec cet article : il ne provient pas du site ESPN. Côte à côte, les deux sites se ressemblent. Mais si on regarde l’URL, on se rend compte assez rapidement que tout ne tourne pas rond. Dans ce cas, il s’agit du site « revolutionbreak.com ». Si l’URL ne correspond pas, c’est louche. Et si je me rends sur l’article, peu importe où je clique, c’est la publicité d’Alpha Force qui apparaît. Même si je clique sur le nom du journaliste qui a écrit l’article, voici ce qui apparaît. Bref, attention, on veut nous vendre quelque chose !

Attention à l’URL

En regardant l’URL, on découvre que c’est : actualite.co. Souvent des URL qui finissent par « co » réfèrent à des sites de fausses nouvelles. La vraie adresse du magazine l’Actualité est « lactualite.com ». Quand on clique sur l’icône « accueil », on tombe sur « Crée ta blague rapidement ».

Si je veux m’assurer que la nouvelle sur l’accident dû à Pokémon Go publiée par Cartel Press est une vraie nouvelle, je peux vérifier qui est Cartel Press. Dans ce cas, l’URL change pour www.huzlers.com. Pas bon signe ! Surtout que Huzlers est un site de fausses nouvelles. La plupart d’entre elles sont satiriques, mais plusieurs sont conçues pour susciter des émotions fortes. Ainsi, on récolte des « j’aime », des commentaires et des partages. On fait de l’argent. Ça vaut donc la peine de faire une recherche supplémentaire, d’aller voir sur Huzlers. C’est rapide et je vois tout de suite que ce n’est pas sérieux. Ça m’évite de repartager une fausse nouvelle.

La BBC qui a publié la nouvelle sur l’adolescente qui trébuche sur un cadavre est un média britannique très connu. Si je ne le connais pas, je peux faire une recherche sur ce média. Je trouve un site sérieux, avec un onglet « à propos », des articles signés, datés, etc. C’est le cas pour tous les vrais médias qui fournissent des informations sur leur site internet et réseaux sociaux, voir exemple québécois.

Tout ça ne prend pas beaucoup de temps. Toutefois, si je n’ai pas le temps de valider la crédibilité de la source, il vaut mieux éviter de croire et de partager une nouvelle.

#30sec pour exercer son esprit critique

Est-ce une information (un fait démontré et vérifiable) ? Une simple rumeur, une opinion personnelle, un témoignage ? Ex. le témoignage de Noémie Dufresne sur le Tea Tox n’est pas une preuve. L’auteur donne-t-il des explications scientifiques ou validées ? Exemple : Noémie Dufresne ne donne aucune explication sur le Tea Tox.

Si c’est une opinion, cette personne est-elle un spécialiste dans ce domaine ou a-t-elle parlé à des gens qui connaissent le sujet, à des experts, à des spécialistes ? Exemple : La dame qui a mangé des bananes pendant 12 jours n’est ni une médecin, ni une pharmacienne, ni une nutritionniste.

Si c’est une nouvelle scientifique (santé, alimentation, etc.), cite-t-on une étude ? Si oui, cette étude est-elle publiée dans un journal ? Exemple : Dans les deux exemples précédents, on ne cite pas d’études scientifiques.

#30sec pour comprendre le but du message

Est-ce qu’on m’apprend quelque chose ? Est-ce qu’on m’aide à comprendre le monde ? Ou est-ce qu’on essaie de me faire peur, de me fâcher, de me manipuler ou de me vendre quelque chose ?