Une fausse nouvelle c’est… ?

Une fausse nouvelle c’est une invention – un mensonge créé de toutes pièces – qui prend l’allure d’une vraie nouvelle dans le but de tromper les gens. Autrement dit, l’information est fausse, mais elle semble vraie.

C’est logique ! Si tout le monde comprenait tout de suite que c’est un mensonge, ça n’aurait pas le moindre impact. Or, parfois, l’effet est très grand: ça peut faire du mal à d’autres personnes ou ça peut avoir une influence négative sur un grand groupe de gens. Une fausse nouvelle, c’est un peu comme une fausse rumeur, mais à plus grande échelle…

De la même façon que les vraies informations ont plusieurs visages, les fausses peuvent aussi prendre plusieurs formes. En voici quelques-unes.

Les fausses nouvelles à caractère politique

C’est surtout pour cette raison qu’on a autant parlé des fausses nouvelles en 2016 : à cause de leur nombre énorme durant la campagne présidentielle américaine. Par exemple, une fausse nouvelle publiée par le site ETF News disait: « Le Pape François endosse la candidature de Donald Trump ».  Cet article a recueilli plus de 960 000 mentions J’aime, commentaires ou partages. Or, c’était un mensonge créé de toutes pièces ! Et parmi toutes les nouvelles – vraies et fausses – publiées durant les élections présidentielles américaines, c’est cette fausse nouvelle qui a été la plus partagée. Autrement dit, une nouvelle totalement fausse a été plus souvent partagée que les vraies nouvelles !

Les fausses nouvelles à caractère spectaculaire

Parfois, on partage une fausse nouvelle en raison de son caractère spectaculaire. Comme celle sur un accident d’automobile qui aurait été soi-disant causé par le jeu Pokemon Go. Dans ce cas, les auteurs ont utilisé une vraie image, celle d’un véritable accident, et ils lui ont donné un titre… qui n’avait rien à voir avec la réalité.

C’est un truc souvent utilisé par ceux qui inventent des fausses nouvelles. Cette nouvelle a pourtant été partagée 60 000 fois sur Facebook et elle a recueilli 150 000 mentions J’aime. Grâce à cette fausse nouvelle, une personne s’est même fait de l’argent, grâce aux revenus publicitaires que cette publication lui a apportés.

Les fausses nouvelles qui mettent en scène une célébrité

Les célébrités, ça attire l’attention. Un exemple: cette nouvelle inventée en 2017 par le site The Mackenzie Post dans laquelle on prétendait que Leonardo DiCaprio avait confié au magazine américain People (un vrai magazine) qu’il voulait déménager à Baie-Saint-Paul pour y avoir une ferme. Cette nouvelle a été partagée des centaines de fois, mais elle était totalement fausse.

Et ce n’est pas tout: cette nouvelle a été republiée avec exactement le même texte, mais en mettant en scène d’autres célébrités.

Les fausses nouvelles qui visent à vendre quelque chose

Il paraîtrait que de manger des bananes pendant 12 jours serait une bonne cure détox pour perdre du poids ! Et qu’en plus, ça permettrait d’éviter les maux de tête, ça aiderait à mieux dormir, etc. Bref, un vrai miracle… évidemment, 100% faux.

Les nouvelles de ce genre pullulent sur Internet, et les jeunes en sont souvent les cibles privilégiées: régime alimentaire miraculeux pour perdre 10 kilos en une semaine, pour devenir un meilleur athlète, pour réussir ses examens, etc. Il faut rappeler qu’évidemment, ce n’est pas parce que ça a été partagé par un ami que c’est vrai et ce n’est pas parce que c’est vanté par notre célébrité préférée que c’est vrai!

Tout le monde se doute qu’il y a beaucoup de publicités cachées sur le web, notamment sur Instagram, mais on a tendance à l’oublier lorsque. c’est dit par une personne qu’on aime bien. Par exemple, une blogueuse qui vante un thé spécial pour perdre du poids et avoir un ventre plat… Or, si ce produit est vendu 60$/mois, on a intérêt à y penser à deux fois avant de se lancer dans une telle dépense. Notons que la blogueuse, elle, peut y croire. Mais il est également possible qu’elle soit payée pour vendre ce produit —et rien ne l’oblige à nous le dire.

Les fausses nouvelles qui font peur


Selon une publication qui a un temps circulé sur Facebook, des clowns méchants se promèneraient à Saint-Jérôme. Cette publication a été partagée plus de 63 000 fois.

Peut-être que certaines personnes y ont vu une blague, mais beaucoup y ont cru, parce que la crainte des clowns méchants —qui est elle-même une fausse rumeur— est assez répandue et a suscité des craintes un peu partout dans le monde depuis quelques années.

Les fausses nouvelles qui font la promotion d’idées racistes

En 2017, cette photo a été publiée sur le web par un groupe anti-immigration. Les gens étaient fâchés de voir un autobus rempli de femmes voilées.

Or, ce ne sont pas des femmes voilées. Si on prend quelques secondes pour bien regarder l’image, on voit que ce sont en réalité… des bancs d’autobus !

C’est un exemple de publication qui contribue à entretenir la peur de l’autre. C’est aussi un exemple de publication qui rejoint avant tout des gens qui ont déjà une certaine crainte quand ils pensent à un groupe différent du leur. Plutôt que de lancer une discussion, un dialogue, ce type de publication sert plutôt à entretenir la peur ou l’intolérance. Et il faut savoir que cette publication, bien qu’elle était complètement fausse, a suscité beaucoup de mentions J’aime, de commentaires et de partages sur les réseaux sociaux.

Les fausses nouvelles qui entretiennent des idées sexistes

Suivant la même logique, il est très facile de lancer des rumeurs ou des informations faites sur mesure pour entretenir des idées erronées sur les filles. Plusieurs « mèmes » comme celui-ci sont publiés sur Facebook et Instagram, qui répètent le cliché selon lequel les filles sont superficielles, alors que les garçons accomplissent de grandes choses ! Sous couvert de blague, cette publication est ouvertement sexiste.

Les fausses nouvelles qui entretiennent mythes et complots

Internet n’a évidemment pas créé les mythes et les légendes urbaines. Certaines circulaient depuis longtemps, comme celle des Illuminatis qui « contrôlent le monde », des ovnis « que l’armée américaine nous cache », ou le soi-disant complot pour nous dissimuler que la Terre est plate… La différence avec Internet, c’est que quiconque choisit d’y croire peut, d’un seul clic, trouver des tas de textes et de vidéos qui vont renforcer sa croyance… et qui peuvent avoir l’air convaincants si on n’y prend pas garde !

Les canulars

Un aigle royal enlève un enfant dans un parc. Ce canular a été créé par des étudiants québécois en animation 3D. La vidéo a été visionnée 8 millions de fois, selon le journal La Presse. Plein de gens y ont cru. C’était une blague construite délibérément pour tromper. Heureusement, les étudiants ont rapidement dévoilé comment ils s’y étaient pris pour nous prendre au piège.

Nous prendre au piège, c’est le but premier d’un canular. Comme un poisson d’avril.

Les satires

Avec les satires, on n’est pas loin du canular, sauf que le but est exclusivement de faire rire, pas de tromper. Des humoristes peuvent être très doués pour la satire. Le problème est que, parfois, les satires peuvent porter à confusion. Au Québec, le Journal de Mourréal et La Pravda étaient des sites satiriques. Leurs publications sont drôles, mais si on ne voit que les titres sur les réseaux sociaux, on peut croire qu’il s’agit de vraies nouvelles. Dans des entrevues qu’ils ont accordées, les auteurs derrière le site du Journal de Mourréal ont confié qu’ils savaient que certains lecteurs se faisaient avoir, mais ils estimaient que c’était la responsabilité de ces personnes que d’exercer leur esprit critique.

Une opinion avec laquelle on n’est pas d’accord n’est pas une fausse nouvelle

Il faut faire très attention à ne pas considérer comme fausse nouvelle une opinion avec laquelle on n’est pas d’accord. Un politicien pourrait être tenté de dire, chaque fois qu’il est critiqué, que c’est une fausse nouvelle, mais ce serait malhonnête. Il faut avant tout se demander si la critique est basée sur des faits ou sur des opinions.

Tout le monde a droit à son opinion: une personne qui dit qu’elle n’aime pas tel politicien ou tel film ne peut donc pas être accusée d’avoir publié une fausse nouvelle. En revanche, une personne qui parle d’un politicien ou d’un film qu’elle n’aime pas en lui attribuant des propos complètement inventés, vient de publier une fausse nouvelle. Elle a tenté de présenter son opinion comme étant la vérité.

Soulignons-le encore une fois: une opinion, ce n’est pas un fait.